vendredi 10 novembre 2017

Kagamibiraki, Oshinkan, Toulouse, 20 janvier 2018




Kagamibiraki

Dojo Oshinkan



奥心館鏡開き式


20 janvier 2018 à 15 h






   La cérémonie de Kagami biraki, 2018年鏡開き式, se déroulera à Oshinkan le samedi 20 janvier à partir de 15h.

  Cette cérémonie d'ouverture de la pratique, symbolisant la reprise des activités du Dojo, donnera lieu à un mini-concert de Koto, ainsi qu'à une démonstration de calligraphie japonaise et d'arts martiaux traditionnels (Toda-ha Bukô-ryû, Tatsumi-ryû heihô, Shindô Musô-ryû).

  Afin d'organiser au mieux la collation qui sera servie à l'issue de la démonstration, merci de vous signaler au 05.61.11.84.32.







lundi 9 octobre 2017

Calligraphie des Mille caractères en une nuit, Oshinkan, 15 décembre 2017






Calligraphie des Mille caractères

千字文

Senjimon



Vendredi 15 décembre 2017





La dernière page des Mille caractères. Les quatre idéogrammes la composant sont des particules, la dernière ayant valeur de point final. Calligraphie et photo Claire Seika



En mémoire de Hing-Ts'eu周興嗣, qui en composa le texte en une nuit, et de Tche-yong, 智永, qui en calligraphia 800 exemplaires, le 15 décembre 2017 en soirée, nous calligraphierons les Mille caractères,千字文, Senjimon.








dimanche 24 septembre 2017

Koto, Chikushikai, Oku no hosomichi, Chikushi Katsuko



Concert de Koto et Shakuhachi 

Chikushikai 筑紫会

Théâtre Le Colombier, Cordes-sur-Ciel

samedi 24 septembre 2016



Extrait


奥の細道

Oku no hosomichi, "La Sente étroite du bout-du-monde"

Pièce vocale composée par Chikushi Katsuko

interprétée par Chikushi 純子, Claire 歌慶 et Tanaka 黎山







奥の細道Oku no hosomichiLa Sente étroite du bout-du-monde
Pièce vocale composée par Chikushi Katsuko (1904-1984) évoquant un voyage poétique. Le chant est composé d'extraits du journal de voyage de Bashô, La Sente étroite du bout-du-monde (voyage datant de l'année 1689) et combine prose poétique et Haiku

Extraits en prose :
"Je ne sais depuis combien d’années, nuage à la dérive, je suis emporté par le vent, et de l’impression d’errance, je ne saurais me défaire".

"Les années qui viennent et passent sont aussi des voyageurs".


Haiku par lequel s'achève le chant :
"Ô tombe puisses-tu être émue
Le bruit de mes pleurs
Dans le vent de l'automne"